Chaque € prêté à l’état grec à travers des plans de sauvetages, le gouvernement ne peut utiliser que 19% pour le développement de son pays, explique de député européen anglais Daniel John Hannan. Il ajoute que le 81% restant est consacré à rembourser la dette. “L’argent est utilisé pour sauver les banques et les créanciers de leurs mauvais investissements”, souligne-t-il.

“40% des aides finissent dans les caisses des établissements d’investissements étrangers (banques) qui ont prêté à la Grèce et 23% finissent dans les caisses des banques et compagnies d’assurances grecques qui possèdent des bons du trésor. Enfin, 18% sont destinés à la BCE”, précise-t-il. Pour conclure, il ajoute “Encore une fois, cela prouve que les pauvres viennent sauver les riches ! “.

Source : Tovima (Journal économique grec), et The Telegraph.