Comme inquiets de son succès, les pouvoirs publics décident d’encadrer l’usage du « purin d’ortie », législation à l’appui. Se déclenche alors une véritable «guerre de l’ortie», lutte emblématique contre la marchandisation du vivant.

Devenue un symbole de liberté, de défiance face aux lobbies de l’agrochimie, l’ortie interroge notre rapport à la nature sauvage, nous invite à une relation harmonieuse à la biodiversité.

Scientifiques, agriculteurs, paysagistes, ethnologues, nous font redécouvrir l’ortie depuis les versants pyrénéens, jusqu’aux forêts pluviales australiennes, en passant par les allées du Château de Versailles ou les laboratoires du Kew Garden de Londres.

Nous ne pouvons que vous conseiller de visiter et soutenir l’association Kokopelli, une association française distribuant des semences anciennes et naturelles (donc bio) dans le but de préserver la biodiversité semencière. Cette association, grâce à la loi du 18 Mai 1981 interdisant la vente des semences non enregistrées au catalogue officiel (plus de détails très intéressants ici), se trouve régulièrement en procès pour la vente de semences anciennes (donc par définition existant depuis un moment) que quelques lobbys ont donc réussi a rendre illégales (lisez ceci svp).

Quant aux nombreuses pétitions présentes sur divers sites s’en étant fait une spécialité, plutôt que d’évacuer votre colère légitime dans un furieux clic (sic!), préférez donc  partager autour de vous cet article ou le site de Kokopelli, acheter, planter et/ou partager de leurs graines. Ce sera plus efficace, car pour paraphraser un de leur article “Les Pétitions : les psychopathes prédateurs s’en torchent leur barbecul !“.