Ce matin, je suis allé à ma banque qu’on va nommer banque “A” pour faire un crédit. J’avais un rendez-vous avec mon “conseiller” bancaire qui au passage, ne connaît rien au système bancaire, ni aux crédits, ni à la création monétaire car tout ce qu’il a comme bagage, c’est une formation de VRP ou de commercial . Après tout, il est là pour vendre les “produits” de l’entreprise pour laquelle il travaille. Demandez-lui des détails si vous allez faire un crédit, vous verrez. 

Je lui demande un crédit à la consommation de 10 000 pour m’acheter une voiture. Il me demande un tas de papiers pour vérifier ma capacité de remboursement des mensualités. Il me sort ensuite un contrat ou il me précise qu’il y a des frais en plus des intérêts et qu’en gros, je devrais rembourser 11 000 euros. Mon crédit me coutera donc 1000 euros. La réponse à ma question sur les garanties nécessaires et sur ce qui allait se passer si j’aimais-j’étais incapable de rembourser était plutôt rassurante. Au cas de non-remboursement, la voiture sera saisie et un huissier s’occupera du reste, en gros, je garantissais mon crédit majoritairement avec la voiture que j’allais acheter (c’est comme si j’allais demander de l’argent à un ami et je lui disais que si je le rembourse pas, je lui donnerais la voiture de mon voisin à qui je l’achète !?) Ensuite, il me dit qu’il va envoyer tous les papiers pour vérifier tout ça et me répondre le plus vite possible, après avoir essayé de me vendre des assurances-vie et habitation car il se trouve que la banque “A” fait aussi des assurances (?).

Deux jours plus tard, me revoila à la banque en train de signer le contrat. De son coté, la banque m’a promis de rajouter les 10 000 euros sur mon compte. Jusque là, ça va, tout est clair et on l’a tous fait au moins une fois. Ce que peu de gens connaissent, c’est la suite. Ça peut vous paraître trop gros pour être vrai mais c’est la vérité. Vérifiez par vous-mêmes.

Les comptables de la banque rangent mon contrat dans le bilan du côté actifs qui veut dire, du côté de l’argent entrant. En effet, en signant le contrat de reconnaissance de dette pour ce crédit, je viens de donner une valeur de 10 000 euros à une feuille de papier et ça, c’est la loi qui le dit. Ce papier sera ensuite transformé en un “produit” que la banque essaiera de vendre pour un peu moins de 10 000 euros au “marché”, pas celui du coin de la rue tous les dimanches mais le marché financier. Pour faire court, ce “produit” coutera 9000 euros à l’acheteur mais ça lui rapportera 10 000 sur 3 ans, durée que j’ai choisie pour mon crédit. 

De l’autre côté, la banque ajoute les 10 000 euros sur mon compte et les comptables notent cette somme dans les passifs de la banque, c’est-à-dire, du côté de l’argent sortant. C’est juste un chiffre informatique et aucun transfert d’argent liquide n’est effectué. Eh oui, la banque vient de simplement ajouter un chiffre sur un ordinateur grace à ma reconnaissance de dette de cette même somme (on se pose la question qui prête à qui réellement). Les 10 000 dans les actifs et les 10 000 dans les passifs s’annulent donc la banque n’a nullement besoin d’avoir cet argent pour me le prêter, elle le crée simplement grace à cette simple manipulation comptable des actifs et des passifs. C’est légal à 100%. La seule chose que demande l’état aux banques à travers la loi, c’est d’avoir un 10% de l’argent qu’elle crée en liquide (venant de la banque centrale). C’est le système des “réserves fractionnaires” que bien sur, les banques ne respectent pas vraiment.

Aujourd’hui seulement 5% de l’argent en circulation existe en forme “liquide”, le reste c’est la monnaie “scripturale”, c’est-à-dire, des chiffres sur des ordinateurs…

Poursuivons.

J’achète ma voiture et je paye par chaque. Le vendeur le dépose le jour même. Les 10 000 euros sont retirés de mon compte et ils sont rajoutés au compte du vendeur, client de la banque “B”. Pourtant, ma banque n’a rien transmis au compte de l’autre banque et ce n’est qu’une simple manipulation informatique. Pourquoi? Le même jour, un autre client de la banque “B” a fait un crédit d’une somme équivalente et a acheté un produit à un des clients de la banque “A”. Actuellement, les banques “A” et “B” se doivent 10 000 euros l’une à l’autre et pour ne pas se compliquer la vie, ils annulent simplement cette dette de leurs comptes.

C’est comme ça que les banques travaillent entre elles. À la fin d’une période précise, ils regardent “qui” doit “combien” à “qui” et étant donné que tous les jours, des milliers de crédits sont faits et grâce à la consommation, ils sont virés d’une banque à l’autre et les banques se doivent de l’argent l’une à l’autre dans les deux senses. Pour simplifier les choses, ils se remboursent seulement les différences. Par exemple, la banque “C” doit 100 000 euros à la banque “E” et inversement, la banque “E” doit 97 000 euros à la banque “C” donc la banque “C” remboursera seulement les 3 000 euros de différence. C’est plus simple, non? C’est pour cette raison que si une banque tombe, les autres la suivent et c’est la catastrophe.

Mais que se passe-t-il avec les 10 000 euros qui sont entré dans le compte du vendeur? La banque “B” est obligée de garder 10% de cette somme mais elle peut prêter les 90% qui restent et ça peut se repeter sans fin. 10 000 – 10% = 9 000 qui vont dans une autre banque où elle garde 10% et elle prête le reste. 9 000 – 10% = 8 100 qui vont dans une autre banque où le cycle se répète : elle garde 10% et elle prête le reste. 8100 – 10% = 7290 et ainsi de suite.
En gros, la feuille de ma reconnaissance de dette de 10 000 euros aura généré beaucoup plus que la somme de mon crédit. 

Comparons maintenant l’économie à un gâteau. Ce gâteau représente la productivité d’un pays et son seul ingrédient, c’est l’argent. Chaque fois que de l’argent est créé, ce n’est pas la taille du gâteau qui augmente mais ça la taille des parts qui diminue. C’est ce qu’on appelle l’inflation. L’argent créé par les banques s’évapore au fur et à mesure que les crédits sont remboursés. C’est pour cela qu’une banque doit constamment faire des crédits sans quoi, il n’y aurait plus d’argent en circulation. Bien sur, l’État fait souvent appel aux banques pour se financer aussi car en France, l’État ne peut plus se financer à travers sa banque centrale à cause de la fameuse loi Pompidou-Rothschild ou ” loi de 73″.

Concrètement, ce sont les banques qui gèrent l’économie d’un pays et pas l’inverse et n’oubliez pas ces deux citations de Napoléon 1er et de Nathant (et pas Mayer) Rothschild.

“La main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit”. Napoléon 1er

“Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation, et je me moque de qui fait ses lois”. Nathan Rothschild

Si vous souhaitez corriger, modifier ou compléter cet article, contactez-nous et n’hésitez pas à vous abonner sur notre page Facebook: http://www.facebook.com/jaiundoute